• Une grande fille de Danielle Steel

     

    Une grande fille de Danielle Steel

    Une grande fille de Danielle Steel

     

     

    Titre : Une grande fille.

    Auteur : Danielle Steel

    Traducteur : Eveline Charlès

    Editeur : Edition France loisirs.

    Nombre de pages : 399

    Prix : 16.95 euros

    Une grande fille de Danielle Steel

     

     

     

    Victoria Dawson a toujours eu le sentiment d’être une étrangère parmi les siens : ses parents et sa soeur cadette, Grace, sont aussi bruns et sveltes qu’elle est blonde et ronde. Depuis sa naissance, la jeune femme subit les moqueries de son père et les reproches de sa mère au sujet de ses formes généreuses. Difficile de grandir au milieu d’une famille qui critique votre physique ! A contrecoeur, Victoria comprend qu’il lui faut s’éloigner des siens pour trouver le bonheur. Elle s’installe à New York et devient professeur dans une prestigieuse école privée. Ses parents la considèrent toujours comme le vilain petit canard, mais grâce à de bonnes rencontres - une en particulier - Victoria apprendra enfin à s’accepter telle qu’elle est : ronde et belle !

    Une grande fille de Danielle Steel

     

     

     

    Je ne suis pas sûre d'être très objective, sur ce roman, tant il est similaire à ma propre vie.

    Dans ce livre, Danielle Steel, nous montre à quel point les stéréotypes, les préjugès et les moqueries peuvent "détruirent" une vie. Dans un monde où la beauté envahit les magazines, les publicités et autres moyens de communications, vous n'avez pas le choix que d^être dans la "norme". Avoir des rondeurs ? C'est être rejeté... Etre obése ? C'est un être exclu de la société. Alors quoi ? Etre gros signifie que nous sommes des parias de la société ?

    Dans ce roman, on vit à travers Victoria. L'héroïne s'appelle ainsi, parce que son père la trouvait tellement laide à sa naissance, qu'il trouvait qu'elle ressemblait à la reine Victoria. Ce bébé ne correspondra pas du tout aux attentes de la famille Dawson. Ressemblant tellement peu à ses parents, elle deviendra le vilain petit canard de la famille.

    Victoria ne correspond pas du tout aux attentes de son père, elle n'est pas belle et il ne trouve pas en elle, de quoi être fier. Il ne peut donc pas s'en vanter auprès de ses associés ou amis. Quelques années plus tard, le destin de Victoria va changer, avec l'arrivée de sa petite soeur Grace. Grace est la consécration de ses parents, elle leur ressemble, elle est aussi belle que sa mère. Bref, un vrai petit ange. Ses parents n'ont dieu que pour elle. Victoria pourrait en vouloir à sa soeur d'être aussi belle et d'être la préférée de ses parents, mais au contraire, elle la chérira et l'aimera comme une vraie petite maman. Puis, la vie file, Victoria part faire ses études, le plus loin possible de ses parents et trouvera un poste d'enseignante à l'autre bout du pays. Là encore, ses parents, la rabaisseront parce que pour eux, être enseignant n'est pas un métier assez prestigieux ! Victoria trouvera là, la force d'entamer une thérapie ! Oui, ce n'est pas parce qu'on est gros, que l'on a forcément bon appétit ou que c'est parce que l'on mange trop, que nous grossissons. Dans le cas de Victoria, sa prise de poids est psychologique. Quand elle est déprimée, elle mange, elle engloutie des litres de glaces. Avec l'aide de sa thérapeute, elle apprendra à lutter contre ses démons intérieurs. On découvre ainsi que les mots que l'on entend enfant peuvent avoir de graves conséquences sur la vie adulte.

    Le vilain petit canard, fera sa vie, comme elle l'entend... contrairement à sa soeur moulée dans le moule de ses parents. Ce livre, est un vrai clin d'oeil aux femmes rondes. C'est du Danielle Steel, donc c'est un peu fleur bleu, où tout est bien qui finit bien mais elle nous montre que chaque femme peut être différente et que l'on est pas rangé dans telle ou telle case. A bat, les stéréotypes ! Tout le monde, peut se reconnâitre dans ce roman... Chaque adulte peut se retrouver dans un personnage... peut-être que certains d'entre vous se considére-t-il aussi comme le "brouillon" ou le "gâteau-test" de leurs parents ? Et cela au point où le lecteur souffrant du même "mal" que Victoria sera quelque peu "géné" … mais fasciné aussi.

    Une grande fille de Danielle Steel9/10

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :